Le Wydad de la nation face au Raja du peuple

Et si c’était la confrontation finale, à l’instar d’un dernier Star Wars à la sauce marocaine, ou s’affrontent dans les rues de la métropole blanche de jeunes guerriers urbains nommés ultras ?

Une histoire à couper le souffle à plus d’un, qui dépasse de loin le terrain comme champs de bataille et le champs sémantique du ballon rond ainsi que le Jargon que l’on a tous appris avec planète Foot. C’est du lourd !

Oui du lourd car l’on arrive, à l’aube de ce nouveau millénaire, à transposer tous les maux, les disparités et les frustrations et à les concentrer sur un seule et unique espace-temps, si cela ne relève pas de l’exploit, de quoi relèverait-il ? Que de fâcheuses consequences d’un système éducatif défaillant, d’une gestion de la chose publique, y compris sportive, désastreuse,… le tout concentré dans la tête d’un ultra. Ce dernier n’est pas une bombe à retardement puisqu’il explose déjà !

Après une période de gestation qui a duré plus de 50 ans, et afin d’éviter l’implosion, les ultras sont passés de Gentelmen forts chics, sympathiques et respectueux comme on peut les admirer sur la photo…

Stade_MohammedV

… à des énergumènes endiablés cassant et saccageant tout sur leur chemin. Là les termes “JRAD” littéralement criquets et “Bouhamroune” voulant dire Rougeole en dialecte marocain, sobriquets de misère utilisés par les deux camps pour se railler mutuellement, prennent tout leur sens.

119e-derby-casablancais-violence

Avec toute cette charge émotionnelle et cette machine à buzzer qu’est le foot-ball. Sur les réseaux sociaux et les terrasses de cafés, l’amplification fait rage, les images se succèdent et ne se ressemblent pas, les citoyens lambda et « hmida » sont submergés, engloutis d’info, d’intox et de detox à ne pas en finir. Le Web social, comme pour Abidar, Afilal et cie, prend le relais, le lead, fait monter la sauce…

Mais à qui la faute dans ce mic-mac ? A ces ados furaxes venus déverser leur colère et leur haine sur un terrain qui n’est pas supposé être le leur. Aux équipes, qui en plus de jouer un foot-ball médiocre, favorisent la haine et l’hostilité à travers ces fameux tifos et le développement d’une culture extremiste. Est-ce la faute aux autorités et à la police qui n’a pu gérer la situation en amont en laissant s’introduire au stade des ados armés ?

Au risque de poser trop de questions et d’aller loin dans cette pauvre analyse, nous arrêtons ici cette salve d’interrogations ô combien nécessaire pour se concentrer sur une seule, en guise de conclusion. Le Wydad étant loin à ce qu’il parait de représenter de quelconque manière la nation, et le Raja, en perte de vitesse et loin de sa “Fraja” habituelle, n’a plus rien de populaire. Dans l’espoir de jours meilleurs, c’est non sans amertume que nous nous rendons compte de cette réalité émergente et pour le moins que l’on puisse dire alarmante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s