Entreprendre dans le désert

Nature-Other-Desert-oasis-Wallpaper

Et quand je parle ici de désert, j’écarte toute probabilité d’oasis verdoyantes et d’émirats marbrés où les grattes-ciels poussent comme des champignons! Je parle vraiment de contrées désertiques où mis à part quelques lézards, scorpions et fennecs en guise de faune, rien ne circule et rien ne pousse. Un désert par contre truffé de mirages avec toutes sortes d’images et de rêves défilant, un par un ou en caravane, pour meubler le décor exotique.

L’entrepreneuriat serait-il une traversée du désert et l’entrepreneur, seul contre tous, un aventurier solitaire s’adonnant à tous les risques et à tous les dangers ?

Qui ne se rappelle pas cette histoire de Marketing devenue mythique, celle qui raconte l’épopée de deux consultants partis prospecter en Afrique? Le premier conclut que puisque ces indigènes ne portent pas de chaussures, il serait sage de ne pas s’aventurer sur ce marché. Le second préconisa le contraire arguant qu’il s’agit là d’une vraie opportunité. La vérité est souvent ailleurs car il n’y a de réussites que dans les expériences vécues et non dans les études de faisabilité.

Crise ou pas crise, l’entrepreneur fatigué et assoiffé, cherche désespérément l’oasis rêvée: une situation stable, pérenne, autrement dit idoine. Une situation où tout se passe comme dans le Kotler et comme l’avait prédit Porter. Piqué de par-ci et de par-là, l’entrepreneur n’en peut plus de sa traversée du désert. Après avoir tout essayé, on lui demande encore d’innover, d’être créatif sans oublier d’être unique pour sortir du lot. On lui demande sans cesse de réessayer, de revoir son Pitch, son business modèle, et tout et tout. On lui conseille la Lean start up, on lui suggère de se munir d’une boîte pleine d’outils de développement aussi bien pro que perso sans oublier d’être proactif, réactif et même rétro-actif !

D' »Ali Baba et les quartante voleurs », l’entrepreneur a retenu quelques leçons dont la principale est de faire très attention, la seconde: savoir se contenter. Il a su de par sa traversée devenir tantôt imperméable tantôt poreux quand il le faut. Il lui arrive d’être choqué lui même par son attitude paradoxale mais il continue à marcher de pied ferme sur le sable brûlant.

Résister, persévérer en plus de faire abstraction d’un environnement parfois hostile et en perpétuel changement: voilà quelques mots-valises qui font les beaux jours du prêt à penser managérial. Mais bon, se dit tout bas l’entrepreneur, quelques poncifs pour la route, cela ne fait de mal à personne!

Or, sans courage et sans bravoure, aucune traversée ne serait possible. Et comme le dit en toute élégance le proverbe romain : Il n’y a pas de vent favorable à qui ne sait pas où il va. Moralité: dans le désert ou dans la mer, quand on perd ses repères, il faut bien trouver, dans son for intérieur, une destination précise, quitte à se l’inventer. Qui sait, à l’image de Christophe Colombe, se retrouver en Amérique alors que l’on visait l’Inde. Autrement dit, viser la lune pour qu’au moins atterrir sur une étoile.

L’entrepreneur s’efforce alors de trouver son oasis, et avec elle son bonheur. Il passe des jours entiers, tel un chameau, à avancer, sans s’arrêter. Malgré la chaleur et le sirocco et tous les facteurs décourageant dont un désert regorge.

Les mirages, de toutes sortes, continuent à défiler en boucle mais il a appris à les reconnaître. À force d’essayer la chose et son contraire, il a maintenant l’expérience nécessaire pour faire face aux situations les plus délicates avec tact et minutie !

Il sait autant se défendre qu’attaquer, il sait manier et marier le verbe et le geste, l’entrepreneur a su développer des pouvoirs surnaturels. Convaincre n’est plus pour lui un problème mais une arme qu’il sort à l’occasion, sans excès.

Une fois arrivé, ou pas, il se souviendra toujours de sa longue traversée en se rappelant peut être la pensée édifiante de Kierkegaard : ce n’est pas le chemin qui est difficile mais la difficulté qui est le chemin!

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s