Du Web 2.0 au Web 3.0 : Entretien

1 – On parle de web 2.0, cela veut dire quoi exactement ?

Le web 2.0 est une véritable révolution dans la communication humaine. Au-delà de sa terminologie technique,  le Web 2.0 est une chance pour l’humanité et pour l’intelligence collective. Pour tenter une définition, j’ai envie de dire que le Web 2.0 est «  Un ensemble d’outils en ligne favorisant une communication transversale et interactive tel que les médias et les réseaux sociaux, les flux RSS, les blogs, les plateformes de bookmarking, les Web Radios, les Web TV,… ». A noter que cette définition n’étant qu’une représentation d’un univers virtuel en perpétuelle évolution grâce aux contributions de millions d’individus.

2- Est ce que le Maroc est une plate forme intéressante pour ce genre de Web ?

Grâce à leur présence massive sur les réseaux sociaux et leur penchant manifeste pour le développement informatique, les marocains constituent à eux-seuls une vraie communauté 2.0 ! Pour un pays émergeant comme le Maroc, le Web 2.0 est une réelle opportunité de développement humain et durable. C’est aussi une chance à saisir pour les entreprises marocaines pour qui le 2.0 devrait devenir un axe stratégique.

3- Cela permet-il plus d’interactivité des internautes ?

Absolument ! Après un Web 1.0, vertical et peu participatif, le Web 2.0 permet plus d’interactivité. L’internaute, jadis simple consommateur d’information s’y transforme en Prosommateur.  Ce néologisme d’origine anglo-saxonne est la contraction des mots pro(Comme pro-actif) et consommateur.  Le 2.0 a signé l’arrêt de mort de la tyrannie de l’information en favorisant le feed-back et en donnant à tout un chacun la possibilité de s’exprimer à travers des commentaires, des billets de blog, des podcasts et des tweets : que de belles perspectives pour la socialisation mais aussi le co-apprentissage, l’innovation citoyenne et la co-création en réseau.

4- Combien de jours/hommes en moyenne faut il pour créer des sites 2.0 ?

Les outils 2.0 permettent un gain de temps considérable en ce qui concerne la gestion de projets et ce grâce à un Management transverse et à distance des ressources. Les projets 2.0 peuvent désormais mobiliser des talents du monde entier et bénéficier d’outils de communication et de développement libres, novateurs et prêt à l’emploi. Des projets titanesques, notamment des intranets 2.0 (Le cas Dassault Systèmes) engageant des milliers de personnes n’ont pas dépassé les 15 mois avant leur finalisation, ce qui est remarquable. On peut imaginer des temps de réalisation très courts pour des projets de petite à moyenne envergure.

5- Combien cela coute t-il ?

Le coût dépend de l’ampleur du projet et des ressources engagées. Il est à signaler que comme pour la qualité totale qui ne coûte pas cher, les projets innovants et co-créés ne coûtent pas cher non plus ! Les projets 2.0  dépassent la logique communicationnelle pour incarner un outil stratégique pour l’entreprise, ils sont non seulement rentables mais garantissent un retour sur investissement ainsi que la pérennité même de leurs commanditaires.

6- Est ce que vous arrivez à exporter vos produits ?

Le projet impulsion 2.0 se veut transculturel et universel.  Cette volonté délibérée de fédérer des expertises venant d’horizons divers fait à la fois la force et l’originalité de notre business modèle. La signature d’un partenariat avec la Fabrique du Futur et la visite au Maroc de son président Eric Seulliet (Expert en innovation et en prospective appliquée) peuvent être considérés comme un premier pas vers l’exportation de notre expertise  sans cesse renouvelée et actualisée.

7- Quel est le but d’Impulsion 2.0 ?

Le but d’impulsion 2.0 est de tisser des liens, de construire et d’apprendre en réseau. Comme le veut la tradition 2.0, le mercantile est mis momentanément au placard au profit de l’échange, du partage et de l’expérimentation. Cette voie ouvre des perspectives d’évolution, offre des synergies et favorise des effets d’entraînement insoupçonnés. Il suffit d’adopter une attitude ouverte et participative. Dans la course effrénée vers l’information, ce sont les plus outillés mais surtout les plus généreux et les plus intègres qui gagnent à la fin.

8- Quels étaient les conclusions de votre atelier ?

Les conclusions s’imposent en effet mais revenons, si vous le voulez bien sur l’esprit de l’atelier « Du Web 2.0 au Web 3.0 », premier grand événement organisé par impulsion 2.0.  Avec la participation bénévole d’Eric Seulliet (La Fabrique du Futur), Tarik Lebtahi (Dassault Systèmes) et Xavier Aucompte (Web Escape Agents), participants et intervenants ont goûté à l’alchimie d’une co-créactivité en deux sets : L’Etat du Web 2.0 puis des anticipations sur le Web 3.0. Les leçons qu’on peut tirer d’une telle expérience sont, entre autres, une meilleure compréhension de la philosophie et des outils 2.0 ainsi qu’une démonstration de prospective appliquée au 3.0. D’autres éditions suivront dans les mois à venir afin de faire profiter le plus grand nombre de cette expérience.

9- Vous parlez de web 3.0, est ce que c’est l’avenir du web 2.0 ?

Le web 3.0 est sans doute la suite logique du Web 2.0 dans une version plus structurée et plus structurante. Place donc à un Web sémantique ou la recherche, la collaboration et la socialisation gagneront en puissance, en intensité et en efficacité (Voir Schéma).  Avec la réalité augmentée et l’utilisation fluide de la 3D à des fins scientifiques, ludiques et commerciales,  le Web donnera à coup sûr plus de possibilités et se mettra encore plus à contribution dans un processus de développement global, durable et humain.

10- Y aura t-il, à votre avis, une autre forme de web après cela ?

Faisons ici un petit exercice de prospective appliquée au Web.  On peut d’ores et déjà  imaginer un Web 4.0 avec de fortes interactions à l’intérieur et entre les communautés déjà constituées en Web 2.0 et 3.0.  Ce Cloud Computing se caractériserait par une intense mise en commun des ressources (Données et systèmes d’informations) ainsi qu’une habitude de partage accrue entre particuliers et entreprises. Selon Joël de Rosnay, le Web 4.0 est en train de se construire autour de nous, avec des avantages énormes mais aussi des risques, des défis et des dangers pour le futur, c’est pourquoi il faut que nous en soyons tous informés de manière à devenir des acteurs responsables.

Intégrale de l’entretien accordé à Maroc Hebdo International

>> Visualiser l’entretien [en PDF]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s